Le-cri-du-zebre-tarmac
du 6 au 9 mars 2018

Le Cri du zèbre, quand les abymes culturels se transforment en joutes verbales ébouriffantes à propos d’un monde à reconstruire

Au Tarmac, Paris 20ème

Partager cet article

On ne s’interroge pas assez sur le cri du zèbre. Et pourtant voilà bien un sujet qui mérite discussion 

Heureusement, deux comédiens, le Burkinabè Ousmane Bamogo et le Français Gilles Ostrowsky se sont penchés sur cette question.

L’un et l’autre sont bien placés : Bamogo, « ouistiti du meilleur humoriste du Burkina Faso », produit des chroniques politiques très corrosives dans toute l’Afrique de l’Ouest avec son duo Bongo.com, et Gilles joue Les Fureurs d’Ostrowsky, récit revisité des Atrides, et Ubu roi imaginé sur fond de GRS par Olivier Martin-Salvan.

Les deux acteurs forment un duo frappant de la zébritude dont ce spectacle sondera les profondeurs.

Sur scène, la situation est grave. Un cataclysme a eu raison de l’humanité tout entière. Sauf deux. Sauf eux.

L’heure est à la reconstruction. Il va falloir définir les priorités, choisir un chef, décider d’un dieu (ou pas), mais aussi renégocier la dette, prévoir l’éducation des enfants, définir la place de l’amour et des vieux, disserter sur l’avenir du poulet à l’ail.

Sans oublier de commenter le discours de Dakar ou celui de Ouagadougou, réfléchir sur le terrorisme, les murs en construction, ou étalonner les dents blanches et les odeurs.

Aucun sujet ne saurait être éludé, tout dossier mérite d’être ouvert.

Ainsi les abymes culturels qui les séparent se transforment en joutes verbales ébouriffantes à propos d’un monde à reconstruire. Et plus la réflexion se précise, plus le rire menace, salutaire, libérateur !

Un spectacle d’anticipation décapante, en noir et blanc, mais haut en couleurs.

Texte : Ousmane Bamogo, Gilles Ostrowsky
Mise en scène : Thierry Roisin

Infos pratiques : http://www.letarmac.fr/la-saison/spectacles/p_s-le-cri-du-zebre/spectacle-144/

 

Article précédent
Pavillon des Lettres d'Afrique, un espace de 400m2, vitrine de la richesse littéraire africaine
Article suivant
Délestage avec David-Minor Ilunga, un « humouriste » à la « kinoiserie » !
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir