Cinéma : Hommage au réalisateur Paulin Soumanou Vieyra

Partager cet article

 

VIEYRA-PaulinLe 14 juin 2013
Cinéma : Hommage au réalisateur Paulin Soumanou Vieyra

Musée Dapper - 35 bis, rue Paul Valéry, Paris 16ème.

Dans le cadre de ses ciné-rencontres mensuelles, le Musée Dapper rend hommage au premier réalisateur et premier critique de cinéma d'Afrique de l'Ouest, Paulin Soumanou Vieyra. Un grand nom du septième-art africain à (re)découvrir.

 

"Ma formation terminée, je retourne au pays... Paulin S. Vieyra m'aida à réaliser "Borrom Sarret" mon premier court-métrage. À l'occasion de ce cinquantenaire d'"Afrique sur Seine", je me pose et me poserai toujours cette question : n'eussent été mes liens denses et profonds avec Paulin S. Vieyra, est-ce que j'aurais réalisé des films ?" Sembène Ousmane, dans Cinquante ans de cinéma africain, Hommage à Paulin Soumanou Vieyra, Présence Africaine 2005. 

Moins connu que Sembène Ousmane, Paulin Soumanou Vieyra est pourtant le véritable père du cinéma africain, dixit Sembène en personne.

Sans lui, pas de premier film africain dans l'histoire du cinéma. Sans lui, pas de structuration du cinéma sénégalais. Sans lui, pas de témoignage intellectuel sur l'histoire du cinéma africain naissant.

Né en 1925 à Porto Novo au Bénin, Paulin Soumanou Vieyra est envoyé en France très tôt pour y suivre ses études. Il n'a alors que dix ans. Lorsque vient la guerre, il est accueilli par la famille d'un camarade de lycée et ne reverra ses parents qu'en 1950.

En 1952, Paulin Soumanou Vieyra est le premier noir africain à être reçu au prestigieux IDHEC, Institut des Hautes Etudes Cinématographiques, aujourd'hui la FEMIS. 

Trois ans plus tard, il réalise avec Mamadou Sarr, Afrique-sur-Seine, le premier film africain de l'histoire du cinéma, un court-métrage qui questionne l'identité culturelle des jeunes africains à Paris et leur rapport à leur continent d'origine.

Afrique-sur-Seine de Paulin Soumanou Vieyra considéré comme le premier film africain de l'histoire du cinéma

afrique-sur-seine

 

Afrique-sur-Seine est à voir comme une pierre culturelle à l'édifice du processus de décolonisation en pleine phase d'amorçage. Les colonisés n'avaient jusqu'ici pas le droit de tourner de films dans les colonies. En détournant la censure, Paulin Soumanou Vieyra utilise pour la première fois un mode d'expression réservé aux colons.

De retour en Afrique, c'est à Dakar qu'il pose ses bagages en 1956 pour occuper un poste au Ministère de l'Information sénégalaise. Il est en charge des "Actualités sénégalaises" et devient ainsi le garant de la mémoire visuelle de la jeune nation sénégalaise naissante en filmant les grands rendez-vous historiques, politiques et culturels du pays.

Il réalisera en tout plus d'une trentaine de documentaires durant les années post-indépendances et suivra le Président Senghor dans tous ses déplacements.  

C'est à cette période que Paulin Soumanou Vieyra devient ami avec Ousmane Sembène dont il produit les premiers films. Fasciné par son cinéma, il écrira la première biographie consacrée au pionnier du cinéma africain.

Dès lors, il n'aura de cesse de multiplier, dès qu'il en a le temps, les écrits sur le cinéma sénégalais et africain naissant. Il s'engagera dans l'écriture d'une thèse sur le sujet, sous la direction de Jean Rouch

Passionné par le septième-art auquel il aura consacré une grande partie de sa vie et de ses activités, Paulin Soumanou Vieyra s'éteint à Paris en 1987.

Il reste une des grandes figures du cinéma africain à connaître... et à faire connaître. 

 

Hommage à Paulin Soumanou Vieyra, projection suivie d'une rencontre avec sa famille animée par Brice Ahounou, le 14 juin 2013 au Musée Dapper, à partir de 19h.

Tarifs : entrée libre.

Renseignements : www.dapper.fr.

 

Les pionniers du cinéma africain, de Franck Schneider.

 

L.S.

 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !