Festival-sakifo-la-reunion
du 1er au 3 juin 2018

Le festival Sakifo, plus grand festival de l'océan Indien avec Elida Almeida, Ayo, Gaël Faye, Nakhane...

A Saint-Pierre - La Réunion

Partager cet article


Le festival Sakifo est le plus grand festival musical de l'océan Indien, sa 15ème édition aura lieu du 1er au 3 juin 2018 à Saint-Pierre sur l'île de la Réunion.

Croquez à pleines dents pendant 3 jours les musiques d’aujourd’hui : pop, rock, électro, chanson française, blues, reggae, funk, musiques d’Afrique et de l’Océan Indien…

Et comme chaque année, les artistes africains sont représentés en nombre !

Elida Almeida - World - Cap-Vert

En l’espace de quelques années, Elida Almeida s’est révélée sur les scènes des musiques d’Europe, d’Afrique et d’Amérique du Nord. Dans son second album, Kebrada, du nom du village où elle a passé son enfance, elle affirme son identité africaine, assaisonnant d’énergie latine les rythmes cap-verdiens batuque, funaná, coladera ou tabanka (à ne pas confondre avec notre luth péi cher à Alain Peters). Son tempérament fougueux et sa joie de vivre n’empêchent pas une critique sociale qui se manifeste dans des balades nostalgiques aux accents pop. À 25 ans, la jeune femme impressionne par sa maturité, son talent et sa générosité, qualités dont vous pourrez témoigner en live lors de cette quinzième édition.

AYO - Folk / Reggae - Allemagne / Nigeria

Si vous êtes un-e habitué-e du festival, ce nom devrait vous être assez familier. Et oui, à nouveau Ayo dann Sakifo ! En même temps, pourquoi se passer de la présence de la douce chanteuse germano-nigériane avec qui les liens sont si particuliers depuis sa première venue en 2007 à Saint-Leu ? D’autant que son album éponyme, le cinquième, paru l’an dernier après une longue pause, renoue avec la grâce simple de ses premiers enregistrements. Désormais installée à Brooklyn, Ayo a fait table rase du passé, notamment en remaniant son entourage professionnel. C’est donc une artiste libérée qui reprend le chemin de la scène avec une envie retrouvée et de nouveaux morceaux qui devraient faire chavirer Ravine Blanche.

Dear Ribane - Electro - Afrique du Sud

Rarement les frontières entre musique, danse, design et mode auront été à ce point floutées. Collectif pluri-disciplinaire réunissant trois frères et sœurs, Dear Ribane se veut l’incarnation de la créativité débridée qui submerge l’Afrique du Sud post-Apartheid. Habituée aux scènes depuis son plus jeune âge, la fratrie a notamment dansé pour le 80e anniversaire de Nelson Mandela au stade de Soweto en 1997. L’aînée Manthe est la figure de proue du trio, elle qui a sorti un EP en 2015 sur le mythique label britannique HyperDub avec le producteur Okzharp, également à la manœuvre ici. Sa voix puissante et polymorphe, les chorégraphies hypnotiques de Tebogo et Kay Kay font du set de Dear Ribane une expérience de transe futuriste.

Hommage à Cesaria Evora
Avec Lucibela, Elida Almeida, Teofilo Chantre, Lura, Gaël Faye, Flavia Coelho & Carlo De Sacco

Des bars de Mindelo aux scènes internationales, Cesária Évora a révélé au monde la richesse de la morna, ce genre musical qui chante les exils et la nostalgie. Si elle s’est envolée vers d’autres cieux en 2011, sa voix n’a pas fini de résonner. Le spleen de la saudade, le groove chaloupé des coladeras, le blues des mornas, chaque musique trouvait dans celle que l’on surnommait la diva aux pieds nus un passeur envoûtant, touchant et sincère. C’est un orchestre composé des musiciens qui l’ont accompagnée toute sa vie qui célèbre sa mémoire et son œuvre. Autour du maître de cérémonie et complice de longue date Teofilo Chantre se retrouveront quelques-unes des plus belles voix capverdiennes (et pas seulement) actuelles.

Gaël Faye - Chanson / Hip-hop - France / Rwanda

Gaël Faye est une plume rare dans le rap français contemporain. D’abord repéré avec le groupe Milk Coffee & Sugar, il avait marqué les esprits avec Pili pili sur un croissant au beurre, splendide premier disque solo où il évoquait son déracinement avec pudeur et poésie. Sa douloureuse expérience de témoin du génocide rwandais sert également de socle à son roman Petit pays, l’un des grands succès littéraires de 2016, salué par le Goncourt des lycéens et finaliste de son prestigieux aîné. De retour aux affaires musicales l’an dernier avec l’EP Rythmes et botanique, Gaël Faye viendra sur scène entouré par ses complices Guillaume Poncelet et Blanka (La Fine Équipe) pour l’un des concerts les plus attendus de cette édition.

Kristel - Pop / Rock - Madagascar

Kristel est un trio actif depuis 2013, mené par la magnétique bassiste/chanteuse Christelle Ratri, entourée par son frère Ben Kheli aux guitares et son mari Andry Sylvano derrière les fûts. Suite à la rencontre avec Gilles Lejamble du festival et label Libertalia, dénicheur des fameux Dizzy Brains, les choses s’accélèrent pour le groupe : un EP réalisé par Jean Lamoot (producteur pour Noir Désir, Bashung ou Grèn Sémé), une date au marché professionnel parisien MaMA, une autre aux Bars en Trans de Rennes, plusieurs concerts à Maurice… Un album est logiquement l’étape suivante, le premier extrait envoyé en éclaireur, Ny Ampitso, brûlot rock qui n’oublie pas de groover, donne l’eau à la bouche.

DJ LAGS - Electro - Afrique du Sud

Rien ne prédestinait Lwazi Asanda Gwala, originaire du township de Clermont à Durban, à enflammer les dancefloors d’Amérique, d’Europe et d’Asie avec son gqom, une forme de proto-house minimaliste et riche en basses dont il est l’incontestable pionnier. Dérivé de la house, le gqom se concentre sur les fréquences basses, c’est une version do it yourself, plus minimaliste, urbaine et déstructurée de sa grande sœur née à Chicago il y a trente ans. DJ Lag et ses talents exceptionnels de producteur ont contribué à transformer ce sous-genre musical, apparu dans les taxis collectifs de Durban, en un phénomène d’ampleur mondiale. Le risque de voir le dancefloor de Ravine Blanche prendre feu est réel.

Nakhane - Soul du futur - Afrique du Sud

Voici un artiste polyvalent, doté d’une créativité intarissable quelle que soit la discipline abordée. Auteur d’un premier roman salué par la critique, acteur d’envergure dans Les Initiés, film sud-africain pré-sélectionné aux Oscars, Nakhane vient de sortir son deuxième album You will not die. On y entend l’impressionnante diversité de sa palette vocale et son aisance déconcertante à poser sur des ballades pop soyeuses comme sur des productions electro-soul fiévreuses. Adepte de Marvin Gaye, David Bowie et Ali Farka Touré, dont il emprunta un temps le patronyme, Nakhane est précédé d’une flatteuse réputation scénique depuis sa résidence de création acclamée aux dernières Transmusicales.

Nonku Phiri - Electro / R'n'B - Afrique du Sud

Fille du légendaire Ray Phiri, disparu l’an dernier quelques semaines après un concert mémorable au Sakifo, Nonku évolue dans des sphères musicales assez éloignées de celles de son regretté paternel. On parle ici davantage de house, de kwaito et de hip-hop, soit les styles qui ont baigné la jeunesse de la jeune femme, qui utilisait auparavant le blaze de Jung Freud. Révélée par le hit underground Things we do on the weekend en 2015, elle enchaîne depuis les featurings avec des figures montantes de la scène sud-africaine – P.H.Fat, Jack Parow, Card On Spokes, Jumping Back Slash – et internationale tels le Portugais Branko (Buraka Som Sistema), le Californien Mr Carmack ou le Britannique Swindle.

Tshegue - Electro-rock tribal - RD Congo / France

Boucles hypnotiques de guitares, percussions saccadées, basse vrombissante, chant habité, attitude punk : les tracks jubilatoires du duo Tshegue (littéralement « kanyar » en lingala) font sensation. La paire que forment la chanteuses native de Kinshasa Faty Sy Savanet et le producteur francilien Dakou a le chic pour conjuguer science du dancefloor et musicalité sauvage. Leur premier EP Survivor enfile les hymnes afro-garage addictifs avec la maestria des vieux briscards. Le binôme s’est jusqu’ici produit avec parcimonie dans les festivals pointus (We Love Green, AfroPunk, Transmusicales), récoltant immanquablement les louanges d’un public en transe. Set torride en perspective !

Programmation complète : https://www.sakifo.com/festival/

Article précédent
Le Festival Métis se met aux couleurs de l’Afrique du Sud
Article suivant
Festival Tempos du Monde, un voyage musical sans frontières
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !