Partager cet article :
 
Les-Traversees-Tatihou
du 14 au 26 août 2017

Le Festival Les Traversées Tatihou avec Ablaye Cissoko, Le Bal de l'Afrique Enchantée et Abou Diarra

Saint-Vaast-la-Hougue / Val de Saire dans la Manche


Les grandes marées commandent les dates du festival des Traversées Tatihou et les horaires de basse mer, le début et la fin des concerts.

Le public assiste aux concerts sur Tatihou aux rythmes des marées descendantes et rejoint l'île à pied sur l'estran, couvert par la mer puis découvert. Le retour s'effectue alors que la marée remonte sous la vigilance accrue de l'équipe du festival.

Les concerts ne peuvent donc excéder le laps de temps qui s'écoule lors de la marée basse.

Entre le bruit des vagues et les sonorités des concerts, c'est une conjonction de nouvelles sonorités qui ravit chaque année de nombreux mélomanes avides de rencontres avec des artistes, qu'ils soient peu connus ou de notoriété internationale.

Le département de la Manche y défend les différents courants des musiques traditionnelles depuis plus de 20 ans et milite en démontrant que les musiques traditionnelles sont résolument des musiques modernes et vivantes.

Avant ou après les concerts de l'île, le public peut découvrir d'autres artistes à St Vaast et dans les villes, du Val de Saire, environnantes.

Avec parmi les artistes africains : 

Ablaye Cissoko & La Gallera Social Club (Sénégal / France / Vénézuela)

ablaye-cissoko-la-gallera-social-club

MAA NGALA

Cette création réunit le sénégalais, Ablaye Cissoko, griot et joueur de kora aux confluents de la musique africaine et du jazz et les musiciens de La Gallera Social Club qui jonglent entre musiques traditionnelles vénézuéliennes, latines, rock et électro.

Ce projet musical MAA NGALA, du nom du dieu créateur de la civilisation mandingue, illustre le métissage musical entre l’Afrique et le Vénézuela, né du terrible héritage du commerce triangulaire des esclaves vers les Caraïbes.

Chaque migration a apporté sa culture et ses traditions, notamment en matière de danses, chants, musiques et rythmes.

Abou Diarra (Mali - France)

Abou-Diarra

Abou Diarra est un joueur virtuose de n’goni (harpe-guitare malienne) au parcours atypique et étrange.

Formé par un maître aveugle, il a sillonné pendant plusieurs mois les routes d’Abidjan-Bamako-Conakry à pied, accompagné de son seul instrument.

Sa musique parle de voyage, d’exil, du mouvement… et puise dans le blues, le jazz, l’afro-funk pour mieux métisser la tradition mandingue.

Et le miracle opère entre balades poétiques, nostalgiques et la ferveur de rythmes endiablés.

Le Bal de l’Afrique Enchantée

le-bal-de-l-afrique-enchantee

L’Afrique enchantée, ancienne émission sur France Inter consacrée aux musiques d’Afrique, et animée par l’Ivoirien Soro Solo et son compère Vlad, a donné naissance à des concerts-bals qui sillonnent le monde entier, et font danser des foules entières, de Québec à la Réunion.

«Les mercenaires de l’ambiance», un orchestre de 11 musiciens, interprète les grands succès du répertoire moderne africain.

Du Highlife ghanéen à la rumba congolaise, sans oublier l’afro-beat nigérian, c’est l’occasion pour le public de se familiariser avec les rythmes, mais aussi les histoires du continent africain.

Partager cet article :
 
Article précédent
Journée de l’Afrique 2017, thème luttes citoyennes, démocratie et développement durable
Article suivant
Festival Africa Fête Marseille 2017...
 
Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir