Rio-Loco-2018
du 14 au 17 juin 2018

Festival Rio Loco, Toulouse au rythme de la Rumba

A Toulouse

Partager cet article
 
Cette année, le Festival Rio Loco rend hommage aux musiques afro-latines et à leurs descendances.

Avec un tel focus, vous vous attendez peut-être à voyager en plein cœur de l’Afrique Centrale, de l’Ouest et à Cuba ? Et bien, pas uniquement. Vous irez également en Espagne, au Pakistan, au Canada, en Allemagne et en Turquie. De quoi s’en réjouir d’avance. 

Cette édition, à l’instar des précédentes, le festival Rio Loco explorera toutes les dimensions de son focus sur le mode carnet de route des musiques du monde. L’ambition est grande. Heureusement, la programmation durent 4 jours ! Voici donc un tour d’horizon des artistes programmés, à voir et à écouter absolument, si vous avez l’opportunité de faire étape ou d’habiter la douce ville rose. 

La diva malienne, griotte-star de la musique mandingue, Oumou Sangaré, officiera en clôture du festival, dimanche 17 juin. 

Le groupe Bakolo Music International, papa du légendaire morceau Marie-Louise, œuvrera sur la scène village en fin d’après-midi, le jeudi. Munissez-vous d’une bonne Ngok, Turbo King, Primus ou Mutzig (bières congolaises) pour apprécier à sa juste valeur ce groupe made in RDC. 

Le prolifique, mi-sorcier, mi-poète, mi-Belge, mi-Congolais, Baloji, terminera la première soirée. 

Le lendemain, vendredi, ne manquez pas le combo Arat Kilo - Mamani Keita – Mike Ladd. Ils tapisseront vos oreilles d’un soyeux duvet de groove, d’ethio-jazz, d’harmonies mandingues et urbaines. N’oubliez-pas non plus, juste après, le pape de l’Afrobeat, Ebo Taylor.

Ensuite, dynamisez-vous au son rock, blues et transe de Delgrès, originaire de Guadeloupe et de Louisiane. Préparez-vous à l’électrochoc musical des congolais de RDC, Kokoko ! Ils opèrent sur une base d’électro et de système D. Tout un programme !

Samedi, rendez visite à Mélissa Laveaux et son folk-blues solaire. Cela vous aidera à prendre la vie du côté rumba. 

Et le dimanche, faites un voyage dans le passé avec les papis de la Rumba Congolaise, l’Orchestre les mangelepa, groupe fondé il y a 41 ans. 

Et ça y est, vous vous y voyez, dans cette nganda (petit restaurant congolais) des années 70, diffusant un fond de rumba ultra saturé dans une ambiance chahutée, une douce primus (bière congolaise) tiède à la main ! Et n’est-ce pas le bonheur ? 

Plus d'infos : http://www.rio-loco.org/

Plusieurs focus cette année :

·         Les femmes (Cheikha Rabia, Léontina Fall, Fatoumata Diawara, Ann O’aro, la grande griotte Naïny Diabaté, Les tambourlingueurs, BCUC invite Shabaka)

·         Le Sénégal (Léontina Fall, Bakh Yaye, Le Ballet de Casamance, Mazalda super Orion, Week-end danse sabar-mandingue, Magnetic Taasu Ensemble)

·         La politique de la rue (artistes politiques issus ou non de mouvements citoyens au Burkina Faso, Sénégal, Mauritanie, Comores, Cameroun, Congo, Côte d’ivoire…)

·         Les 30 ans du Raï (avec la légende Cheikha Rabia et le plus jeune Sofiane Saidi)

·         Le Mali (Fatoumata Diawara, Un jour de Blues à Bamako, la grande griotte Naïny Diabaté, Abou Diarra, Cheick Siriman Sissoko, Les tambourlingueurs, Zoumana Téréta & Tassidoni)

·         L’Océan Indien (Ann O’aro, l’Afrique enchantée plonge dans l’océan indien, BCUC invite Shabaka)

Et d’autres encore…

 

Retrouvez du rap, de la danse baye fall, de l’afro-blues, de la rumba, du maloya, de l’électro-raï, de la transe afro-psychédélique, du blues mandingue, de l’afro-folk, un conte dansé, de la danse traditionnelle sénégalaise et de la chanson malienne…

Article précédent
Festival Zimfest Paris 2018 - Musiques et danses traditionnelles du Zimbabwe
Article suivant
Festival Une semaine Eurafricaine au cinéma, 4e édition, Le droit à la mémoire
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir