Festival-Musiques-Metisses
2, 3 et 4 juin 2017

Festival Musiques Métisses avec Gaël Faye, Group Doueh & Cheveu, Orchestre National de Barbès, Seydu, Magyd Cherfi, Imany

A la Nef, Angoulême

Partager cet article

Evènement interculturel, festif et familial, ouvert à toutes les diversités, acteur incontournable du " Vivre ensemble ", le festival Musiques Métisses entretient une indéniable culture de la fête durant 3 jours où se mèlent musique, littérature, spectacles jeune public, marché artisanal.

La 5eme édition de la NollywoodWeek approche à grand pas! Nous vous présentons ici la sélection officielle. 

Les artistes originaires du continent seront nombreux à enflammer le festival : 

Gaël Faye

gael-fayeTalentueux auteur, Gaël Faye vogue de la littérature au rap sans écueils. Une des plus belles plumes de notre époque.

Fils de l’exil et du métissage, Gaël Faye exorcise ses maux par l’écriture. Une plume alerte, vivante, à la précision chirurgicale, qui lui vaut d’être actuellement sous le feu des projecteurs avec son roman Petit Pays.

Écrivain donc, mais aussi talentueux rappeur, son flow limpide a parcouru le groupe Milk Coffee and Sugar avant qu’il ne se lance sous son propre nom.

Après Pili Pili sur un croissant au beurre, 1er album aux sonorités aussi métisses que lui, Gaël Faye navigue à nouveau de ses origines africaines au jazz et au hip hop en une seule et grande respiration. Et exhorte à ne former qu’un bloc d’humanité, de Paris au Burundi, en terra incognito.

Group Doueh & Cheveu

A ma droite, Cheveu, un trio français qui ne cesse de bousculer les œillères en inventant une bande-son aux limites de bien des genres. A ma gauche, Group Doueh, un combo saharien qui enjambe les frontières des styles, en percutant la tradition de trouvailles inédites.

doueh-cheveu-group

Au centre des enjeux, un sound-clash entre deux univers situés à des années-lumière dans la galaxie musicale. Deux arts de vivre la musique au quotidien, deux manières de transmettre, deux façons d’enchanter, ou non, le monde, deux rapports au répertoire, à la tradition, à la création, deux visions du collectif, la liste est longue de ce qui pouvait a priori faire qu’ils ne se rencontrent jamais, qu’ils ne s’entendent pas.

Ce disque, c’était comme un défi un peu surréaliste, une mission quasi-impossible, où le temps allait compter. Résultat : un big bang tellurique, une création atomique, une histoire d’énergies « primitives » qui remet les pendules à l’heure du Tout-Monde. Entendez deux entendements du temps si différents. Retour vers le futur à l’imparfait du subjectif.

Orchestre National de Barbès

Les porte-drapeaux de Barbès continuent de faire danser avec leur brassage musical, entre sons d’Afrique du Nord et musique actuelle. La petite histoire raconte que l’Orchestre National de Barbès est né par hasard, sur la scène du New Morning en 1996.

Vingt ans plus tard, on peut certifier que le hasard fait bien les choses pour cette bande de copains musiciens. Symbole de métissage, l’ONB est à l’image de la France actuelle : un patchwork multiculturel et énergique, intelligent et irrésistiblement festif !

Seydu

seyduChanteur, compositeur, percussionniste et luthier né à Freetown en Sierra Leone, Seydu a joué aux côtés de grands artistes tels Stevie Wonder ou Youssou N’Dour.

Si cela fait 30 ans que Seydu vit en Espagne, il transporte encore avec lui les racines de son pays natal, les chants de sa mère, mélange de fullah et de mandingue, et les rythmes du tambour de son grand-père.  

Cet héritage, mêlé aux sonorités qu’il crée, il l’a transformé en une musique qu’il qualifie d’« ethno-pop » qui, en live, transporte vers d’autres horizons.

 

 

Magyd Cherfi

La poésie de Magyd Cherfi a cette rage qui vient de l’âme et qui rassure.

« Dire que j’écris me gêne », assure l’enfant des rues de Toulouse, parolier de Zebda, auteur de 3 livres et 3 albums solo. La plume est sa meilleure ennemie, celle qui le hisse jusqu’à la 1ère sélection du Goncourt 2016 avec Ma part de Gaulois et le sépare de fait « de ses compagnons d’infortune de la banlieue nord ».

Son 3ème album Catégorie reine fait écho à ce récit autobiographique. Libéré de tout contrat, Magyd Cherfi livre un album auto-produit, et financé par la collecte participative. Il y aborde des sujets plus personnels et toujours la fraternité, la République qu’il chérit, l’identité dont la quête ne finit pas. Dans un opus confectionné à la maison, épuré, intime.

Imany

Retour en force pour Imany avec plus de 200 millions de vues sur Youtube du remix de « Don’t Be So Shy » un nouvel album déjà disque d’or, The Wrong Kind Of War et une nomination aux Victoires de la Musique.

Imany-Barron-Claiborne-Design-Lanovella

D’abord mannequin à succès, devenue en cinq ans chanteuse incontournable du paysage musical français, Imany est aussi très engagée dans la lutte contre l’endométriose, et n’hésite pas à donner de la voix pour dénoncer toutes les formes de discriminations.

Dans cette nouvelle aventure, l’artiste nous emmène toujours dans ses tranches de vie, sur les chemins parfois sinueux de son intimité, avec un son pop-blues-folk et sa voix unique, qui rappellent les grandes Tracy Chapman ou Billie Holiday.

Plus d'infos : http://www.musiques-metisses.com/

L'Afrique est bien représenté avec :

Gaël Faye: 

Talentueux auteur, Gaël Faye vogue de la littérature au rap sans écueils. Une des plus belles plumes de notre époque.

Fils de l’exil et du métissage, Gaël Faye exorcise ses maux par l’écriture. Une plume alerte, vivante, à la précision chirurgicale, qui lui vaut d’être actuellement sous le feu des projecteurs avec son roman Petit Pays. Écrivain donc, mais aussi talentueux rappeur, son flow limpide a parcouru le groupe Milk Coffee and Sugar avant qu’il ne se lance sous son propre nom. Après Pili Pili sur un croissant au beurre, 1er album aux sonorités aussi métisses que lui, Gaël Faye navigue à nouveau de ses origines africaines au jazz et au hip hop en une seule et grande respiration. Et exhorte à ne former qu’un bloc d’humanité, de Paris au Burundi, en terra incognito.

 

Group Doueh & Cheveu:

A ma droite, Cheveu, un trio français qui ne cesse de bousculer les œillères en inventant une bande-son aux limites de bien des genres. A ma gauche, Group Doueh, un combo saharien qui enjambe les frontières des styles, en percutant la tradition de trouvailles inédites.

Au centre des enjeux, un sound-clash entre deux univers situés à des années-lumière dans la galaxie musicale. Deux arts de vivre la musique au quotidien, deux manières de transmettre, deux façons d’enchanter,

ou non, le monde, deux rapports au répertoire, à la tradition, à la création, deux visions du collectif, la liste est longue de ce qui pouvait a priori faire qu’ils ne se rencontrent jamais, qu’ils ne s’entendent pas.

Ce disque, c’était comme un défi un peu surréaliste, une mission quasi-impossible, où le temps allait compter. Résultat : un big bang tellurique, une création atomique, une histoire d’énergies « primitives » qui remet les pendules à l’heure du Tout-Monde. Entendez deux entendements du temps si différents. Retour vers le futur à l’imparfait du subjectif.

 

Orchestre National de Barbès:

Les porte-drapeaux de Barbès continuent de faire danser avec leur brassage musical, entre sons d’Afrique du Nord et musique actuelle. La petite histoire raconte que l’Orchestre National de Barbès est né par hasard, sur la scène du New Morning en 1996. Vingt ans plus tard, on peut certifier que le hasard fait bien les choses pour cette bande de copains musiciens. Symbole de métissage, l’ONB est à l’image de la France actuelle : un patchwork multiculturel et énergique, intelligent et irrésistiblement festif !

Seydu:

Chanteur, compositeur, percussionniste et luthier né à Freetown en Sierra Leone, Seydu a joué aux côtés de grands artistes tels Stevie Wonder ou Youssou N’Dour. Si cela fait 30 ans que Seydu vit en Espagne, il transporte encore avec lui les racines de son pays natal, les chants de sa mère, mélange de fullah et de mandingue, et les rythmes du tambour de son grand-père.  Cet héritage, mêlé aux sonorités qu’il crée, il l’a transformé en une musique qu’il qualifie d’« ethno-pop » qui, en live, transporte vers d’autres horizons.

Magyd Cherfi:

La poésie de Magyd Cherfi a cette rage qui vient de l’âme et qui rassure.

« Dire que j’écris me gêne », assure l’enfant des rues de Toulouse, parolier de Zebda, auteur de 3 livres et 3 albums solo. La plume est sa meilleure ennemie, celle qui le hisse jusqu’à la 1ère sélection du Goncourt 2016 avec Ma part de Gaulois et le sépare de fait « de ses compagnons d’infortune de la banlieue nord ». Son 3ème album Catégorie reine fait écho à ce récit autobiographique. Libéré de tout contrat, Magyd Cherfi livre un album auto-produit, et financé par la collecte participative. Il y aborde des sujets plus personnels et toujours la fraternité, la République qu’il chérit, l’identité dont la quête ne finit pas. Dans un opus confectionné à la maison, épuré, intime.

 

Imany:

Retour en force pour Imany avec plus de 200 millions de vues sur Youtube du remix de « Don’t Be So Shy » un nouvel album déjà disque d’or, The Wrong Kind Of War et une nomination aux Victoires de la Musique.

 

D’abord mannequin à succès, devenue en cinq ans chanteuse incontournable du paysage musical français, Imany est aussi très engagée dans la lutte contre l’endométriose, et n’hésite pas à donner de la voix pour dénoncer toutes les formes de discriminations. Dans cette nouvelle aventure, l’artiste nous emmène toujours dans ses tranches de vie, sur les chemins parfois sinueux de son intimité, avec un son pop-blues-folk et sa voix unique, qui rappellent les grandes Tracy Chapman ou Billie Holiday.

 

Article précédent
Festival du film documentaire : Esclavages, révoltes et résistances
Article suivant
Africajarc 2017 - Programmation Musique
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir