festival-suds-arles-2019
du 8 au 14 juillet 2019

Festival LES SUDS à Arles avec Fatoumata Diawara, Djazia Satour, Mamani Keita, N3RDistan...

A Arles

Partager cet article

 

Soirées Suds au Théâtre Antique, Moments Précieux dans la Cour de l'Archevêché, Nuits des Forges au Parc des Ateliers, Scènes en Ville, Apéro-Découvertes, Salons de Musique… une semaine intense de concerts et de rencontres musicales, au cœur de la belle cité antique d'Arles !

Cette 24ème édition du festival Les Suds à Arles réserve une large place aux artistes africains pour notre plus grand plaisir :

Fatoumata Diawara - Mail - Jeudi 11 juillet à 21h30

Avec son allure de grande prêtresse moderne, elle chante en bambara un héritage ancestral rehaussé de rock, pop, funk ou afrobeat. Artiste complète, cette jeune compositrice-interprète, danseuse et comédienne se situe dans la lignée de ses aînées Rokia Traoré ou Oumou Sangaré.

A l’affiche du film multi-césarisé Timbuktu, de Mali Blues ou Yao avec Omar Sy plus récemment, sollicitée par Le Royal de Luxe, Dee Dee Bridgewater, Herbie Hancock, Paul McCartney, Roberto Fonseca ou ici même en 2017 avec Lamomali de Matthieu Chedid (qui produit cet album Fenfo – Quelque chose à dire)… elle porte avec originalité et conviction la mémoire du futur de l'Afrique de l'Ouest !

Djazia Satour - Algérie - Mardi 9 juillet à 21h30

Un brin soul, une voix mélodieuse vient ranimer les couleurs d’une enfance baignée de chaâbi algérois et de musique arabo-andalouse. Après un passage en terres trip hop, l’ex-choriste du groupe Gnawa Diffusion se tourne vers ses origines pour créer un univers musical qui la place désormais sur le devant de la scène.

Accompagnée par des instruments emblématiques de cette nostalgie réinventée (banjo, oud, bendir, mandole, violon), elle chante en arabe et dans un style très personnel, les errances de l’exil et de l’amour. Une folk-song inspirée ! 

Le Cri du Caire - Egypte - Samedi 13 juillet à 19h30

Jeune chanteur, slameur, poète soufi aujourd’hui exilé en Europe, Abdullah Miniawy est La voix libre de la Révolution égyptienne. Projeté par les souffles hypnotiques du saxo et des cordes barocks, son chant libertaire résonne comme un appel poignant, fiévreux… et s’envole en transe mystique.

Pongo - Angola - Jeudi 11 juillet à 00h30 (ouverture des portes à 23h)

Installée à Lisbonne où elle débute avec le Buuraka Son Systema, groupe phare de l’électro-kuduro, cette jeune chanteuse et danseuse angolaise se produit désormais en solo. Elle se saisit de toute l’énergie de l’afrohouse, du dancehall et de l’électro pour exprimer ses émotions et porter haut ses origines ! Un style déterminé et un flow puissant qui mêlent urgence à dire et nostalgie sensible…

Arat Kilo avec Mamani Keita & Mike Ladd - Ethiopie, Mail, USA - Mercredi 10 juillet à 21h30

Quand la voix lancinante d’une diva malienne enlace le spoken word ciselé d’un slammeur de Boston sur l’ethio-jazz tout en nuances d’un combo parisien, preuve est faite que le groove n’a pas de frontières !

DJ Kampire - Ouganda - Jeudi 11 juillet, avant et après le concert de Pongo

Membre-clé du collectif Nyege Nyege – fer de lance de l’afro-futurisme - cette DJ militante parcourt la carte musicale panafricaine d’hier et d’aujourd’hui... Avec un art consommé de la syncope, elle ambiance les dance-floors avec des pépites rétro-africaines secouées au meilleur de l’underground afro-électro. L’Afrique porte un nouveau son ; Kampire en est l’une des plus ardentes MC !

N3RDISTAN - Maroc - Mardi 9 juillet à 17h30

Incarnant la nouvelle scène électr’orientale, cette formation propose la rencontre audacieuse et complètement inédite entre poésie arabe et sonorités électro-hip-hop, diatribes abrasives et kora mélodieuse, riffs explosifs et flûte au souffle peul… A découvrir d’urgence !

Bongi - Afrique du Sud - Mercredi 10 juillet à 17h30

Originaire de Cape Town et marseillaise d’adoption, Sibongile Mbambo offre son timbre solaire à des compositions inspirées par les couleurs musicales de sa terre natale. Artiste complète à la belle présence scénique, elle livre une pop métisse sensuelle et énergique !

Eliasse - Comores - Vendredi 12 juillet à 17h30

Nuancée de blues, rock, soul et des multiples rythmes traditionnels de l’archipel des Comores, sa musique bruisse de tous les sons tombés dans l’Océan indien. Chanté en idiomes locaux, français, anglais, malgache ou swahili, ce folk conscient distille des mélodies limpides et accrocheuses !

Plus d'infos : http://www.suds-arles.com/fr/2019

Article précédent
AFRIK' A FEST, une journée dédiée aux cultures africaines en Périgord
Article suivant
Festival SAM'AFRICA 2019 avec Tita Nzebi, Lucia de Carvalho, Djeli Moussa Condé, Mo'Kalamity...
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !