fraiches-women-festival
6 mai 2018

Festival Fraîches Women, à la rencontre des artistes, activistes, citoyennes

A La Marbrerie - 21 rue Alexis Lepère 93100 Montreuil-sous-Bois

Partager cet article


Le dimanche 6 mai, c’est la première édition du festival Fraîches Women. 

La programmation propose d’aller à la rencontre des artistes, activistes, citoyennes qui changent les choses, sans forcément faire beaucoup de bruit.

Cette première édition est en forme d’interrogation : « Libérée pour tout.e.s, la parole ? » elle est l’occasion de rappeler que la « libération de la parole » n’a pas commencé en octobre 2017 et les révélations autour de Weinstein.

Cependant, il n’est pas sûr que ces paroles, plurielles, soient toutes entendues.

Sans nul doute que c’est une véritable prise de conscience collective qui a eu lieu ; bref, il devient urgent d’écouter TOUTES les femmes et celleux qui s’identifient au genre féminin.

AU PROGRAMME :

13h Lancement du festival avec la marraine Leïla Sy

Leila-Sy

13h10-13h20 Parole de Fraîches Women par Lasseindra Ninja

Lasseindra Ninja est une figure majeure du voguing en France, qu’elle a contribué à imposer. Organisatrice de soirées - La Crème de la crème…-, l’artiste propose une réflexion autour de la question « Qu’est-ce qu’être une femme noire ? » Sourires et décalage garantis !

13h30-15h30 Discussion modérée par Vanessa Vertus, journaliste politique qui vit et travaille à Toulouse.

« Féminismes en France : passé, présent et futur »

De tous temps, les femmes, notamment non-blanches, se sont organisées pour faire valoir leurs droits en France, quand il ne s’agissait pas de les arracher.

Non exhaustif niveau intervenantes, ce temps d’échange se propose d’en faire l’état des lieux, avec des actrices de différentes obédiences et de différentes générations, pour échanger entre elles.

Les 45 minutes de la fin permettront au public de poser des questions aux intervenantes.

Avec Gerty Dambury, autrice et militante, Estelle du collectif Afro-Fem, une membre du collectif Mwasi, Rebecca Amsellem de Glorieuses et Brigitte du Collectif Asiatique Décolonial.

15h30-15h45 Pause

15h45-15h55 Parole de Fraîches Women avec Marie Dasylva

Marie Dasylva, que vous connaissez sans doute pour son travail sur Nkali Works, est une énergie. Lors de ses ateliers, elle distille trucs et astuces pour mieux vivre micro-agressions et réflexions racistes au travail. Un boulot d’ampleur, salué par des salles qui ne désemplissent.

Elle présentera « 300 secondes ou le refus de justifier son humanité », le nouvel outil qu’elle développe, en exclusivité.

fraiches-women-festival-2018

16h-18h Discussion autour de la question de l’intergénérationnalité « Comment transmettre la mémoire des luttes des femmes »

Dans les luttes féministes, notamment afrodescendantes, difficile de ne pas avoir l’impression que les combats sont nouveaux.

L’afroféminisme, par exemple, qui jouit d’une attention renouvelée, a une histoire en France, méconnue, mais la manière dont le mainstream s’en est emparé, donne le sentiment aux publics concernés que cette forme de lutte serait née de la dernière pluie.

La question de la transmission est essentielle et nous souhaitons l’aborder, avec des activistes, des mères, des citoyennes.

Avec Leïla Sy, Tauana Gomes (sous réserve), Assa Traoré (sous réserve).

18h-18h10 Parole de Fraîches Women avec Grace Ly

Grace Ly, blogueuse food franco-chinoise à l’initiative de la websérie Ca reste entre nous sur la question asiatique en France nous proposera une introduction à sa vision du militantisme en tant que femme asiatique ; il sera sans doute question de minorité modèle et de nourriture.

En parallèle, nous proposons quatre ateliers pour échanger de manière intimiste sur différentes thématiques.

SALLE 1

13h30-15h30 Les Rendez-Vous SexCare ou comment parler d’intimité pour mieux la vivre et défaire les tabous. Avec ses animatrices Stella Tienbedreogo et Audrey Warrington, il sera question des enjeux de pouvoir dans le couple.

16h15-18h15 Littérature et représentation avec Mélody Thomas, journaliste et co-auteure de la newsletter « What’s good ? »

SALLE 2

13h30-15h30 Atelier journalisme

Coumba Kane travaille pour le Monde Afrique. Avec elle, vous pourrez aborder la question du journalisme en général, et en particulier celle du travail journalistique sur le continent.
Hortense Assaga, journaliste chez Africa 24, travaille entre la France, différents pays africains et où se trouvent leurs diasporas. Elle partagera son expérience du terrain.

16h15-18h15 V.I.H., mutilations sexuelles… et si on sortait des clichés ? - le sujet est encore susceptible de changer - Avec Sharone Omankoy et Axelle Jah Njiké

18h10 Clôture de la journée

18h30-20h15 Pause

20h15 Ouverture des portes pour les concerts

20h30-21h Sira Niamé est une chanteuse franco-malienne qui a grandi à Montreuil. L’enfant de la ville proposera sa pop africana accompagnée d’un joueur de n’goni.

Sira-Niamé

21h15-21h45 Kami Awori ; duo soul futuriste qui a fait la première partie de la chanteuse canado-haïtienne Mélissa Laveaux lors de la dernière édition du festival Les Femmes S’en Mêlent et qui tisse sa toile sur la scène musicale.

22h-22h45 FAKA, le groupe sud-africain queer et genderfluide, dont les prestations artistiques anthologiques commencent à faire parler d’elles, se produit pour la première fois en France et propose un concert aux sonorités gqom. Performance artistique de folie garantie !!

23h-minuit Cheetah (DJ set)
Marina Wilson aka Cheetah nous ambiancera entre hip-hop, baile funk, dancehall, afrobeat et nous surprendra avec des remixes dénichées sur la toile et qu’elle affectionne particulièrement.

Tout au long de la journée, retrouvez les expositions artistiques de la photographe Noëlla L et de l’artiste Estelle Prudent.

Plus d'infos : https://lafrolesite.wordpress.com/2018/04/10/nkaliworks-lesrdvsexcare-faka_sa-toute-la-programmation-du-fraicheswomenfestival-est-la/

Article précédent
Exposition Métaphore du Big Bang, rendre l'art contemporain accessible à tous
Article suivant
Le festival Nollywood Week revient du 3 au 6 mai 2018
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir