Derives-Festival-Senegal
7 et 8 septembre 2019

DÉRIVES FESTIVAL #3, TERANGA ! Un week-end de fête pour découvrir la nouvelle scène du Sénégal

Mains d'Œuvres - Saint-Ouen-sur-Seine

Partager cet article

Pour sa troisième édition, Dérives vous embarque vers un nouveau continent pour explorer la culture et la nouvelle scène musicale du pays de l’hospitalité, dit “TERANGA” en wolof… le SÉNÉGAL.

Nouveau pays à l’honneur, nouveau lieu, nouveau format : cette année, on vous propose 2 jours complets de festival (samedi et dimanche) en face des Puces de Saint-Ouen, à Mains d'Œuvres.

Vous pourrez dériver à votre guise à travers les 5 espaces intérieurs et extérieurs du lieu investis par toutes sortes de productions artistiques, pour une expérience sonore et immersive à travers l’art, la cuisine et la culture du Sénégal.

PROGRAMMATION :

CONCERTS & DJ SETS

Samedi :

Guiss Guiss Bou Bess

Littéralement traduit par « nouvelle vision », Guiss Guiss Bou Bess souhaite exporter le Sénégal, ses rythmes, sa culture et son identité à travers cette co-création riche et unique en son genre.

Ibaaku

Natif de Dakar, originaire de Casamance, IBAAKU est un artiste prolifique, à la fois producteur,
multi-instrumentiste, auteur, compositeur et animateur radio. Cet artiste pluridisciplinaire choisit son nom de scène en diola pour ce nouveau projet qui marque un tournant dans sa carrière.

Ameth Sissokho & Sora Yaa Band

Né dans le creuset vibrant du quartier de la Goutte d’Or à Paris, le Sora Yaa Band mélange les langues et les styles avec une bonne dose de gingembre tout en gardant son groove furieusement africain. Ça blues, ça transpire, ça groove, ça remue, toute l’Afrique de Barbès est là pour t’enjailler et te faire pleurer ta savane.

MO DJ - Electronic Marabou

Alpha LGTZ aka Le Gros Tas de Zik

Dimanche :

Kya Loum

A l’aube de sa vie d’artiste, Rokhaya Loum alias Kya Loum trace des sillons de sa carrière en suivant les rêves et convictions de jeunesse, créer son propre style musical : qu’il soit ancré dans les sonorités africaines de son pays, et universel à la fois. Kya Loum veut faire le tour du monde et toucher les âmes avec ses paroles et son univers bien à elle.

Ses compositions – en wolof, français et anglais – sont des histoires qu’elles nous raconte sur le ton soul de sa voix rauque et vibrante. Dès les premières notes, on est transporté dans son monde qui crée une émotion captivante dans la salle, une ambiance unique et chaleureuse autour de l’artiste.

Accompagnée de sa guitare, Kya vous fera voyager, swinguer et rire en faisant passer les messages qui lui tiennent à coeur.

Majnun

Majnun est un fou, un éternel aspirant avec l’insatiable curiosité d’un enfant. Originaire du Sénégal, il est bercé par la musique traditionnelle ouest-africaine, puis fait ses premiers pas dans le hip-hop puis dans le reggae avant de s’évertuer au fil des années à murir un art résolument éclectique.

L’afro-blues, le jazz, la funk, la transe, ou encore les musiques latines sont les différentes couleurs qui composent sa fresque musicale. Sa voix épouse parfaitement une multiplicité de langues (sérère, wolof, anglais, portugais, lingala…) comme pour révéler l’unicité du genre humain. À travers sa musique, Majnun nous raconte une poésie universelle.

DJ Cortega

Depuis 2005, Cortega a construit sa réputation sur les scènes Afrobeat et House à Washington DC et New York. Il a également joué lors d’importants événements de musique électronique, comme Miami Music Winter Music (WMC) ou Earth Dance Nairobi.

Désormais installé au Sénégal, Cortega a lancé le concept ElectrAfrique mélangeant musiques électroniques et rythmes africains. Ces soirées métissées sont aujourd’hui les plus modernes et réputées de la capitale sénégalaise, programment des DJs venus de toute l’Afrique et s’exportent également au Cap-Vert et au Mali.

Le 8 septembre, Cortega vient ambiancer le festival avec un solide condensé de ses explorations afro-électroniques !

PROJECTIONS

ScreenSkin " L'Appel à la Danse " (samedi)

Au coeur de l’action, ce documentaire de création a pour objectif de capturer la beauté des moments dansés, à travers des portraits intimes d’individus qui nous livrent leur raison de se mettre en mouvement.

L’Appel à la Danse est un voyage sensoriel, philosophique et méditatif porté par plusieurs personnages de divers horizons qui vous ouvrent les portes de leur monde, de leur Sénégal, de leur quotidien. D’un ton immersif et brut, parfois mis en scène, le film se compose de ces instants suspendus hors du temps où la Danse permet de se rassembler, de célébrer, de se connecter au corps, à l’âme, à la source vitale…

Par une succession de situations et d’histoires plus différentes les unes que les autres, ce pilote a pour intention de révéler cet instant précieux de basculement où la conscience laisse place à l’instinct, à l’identité, aux revendications, à la passion, au patrimoine culturel, à l’évasion…

Le film célèbre la Légende personnelle, le dépassement de soi et la puissance de la culture sénégalaise.

Life Saaraba Illegal, par Alibeta (dimanche)

Ce documentaire très personnel sur le voyage de deux frères se passe entre l’Afrique et l’Europe. Aladji et Souley, fils de pêcheurs, viennent de Niodior, au cœur des îles Saloum. L’aîné a conduit une barque rempli de jeunes africains pour traverser l’Atlantique il y a dix ans. Il arrive après une longue odyssée dans les champs de légumes en Espagne, où continue sa bataille pour la survie et commence celle contre la clandestinité forcée qu’il doit subir. Le cadet rêvait toujours d’Europe et a finalement décidé de rejoindre son frère. Leur cousin, Saliou Sarr, “Alibeta” de son nom de musicien, a suivi Souley sur cette longue route d’exil de 3000 km au nord du Maroc, essayant de le convaincre de revenir sur ses pas.

Ce documentaire est un regard sur les rêves et les objectifs, les expériences et les conséquences sur la vie de nos frères en Europe, “SAARABA”. Un autre regard sur ce qui est considéré comme un rite de passage pour ces jeunes sérères Niominka. Malgré l’illégalité et la désillusion, ils espèrent tous revenir un jour riche, et surtout avec honneur et dignité, seul gage d’un retour triomphal sur la terre mère Afrique.

La projection sera suivie d’une discussion avec le réalisateur, Alibeta, puis du concert de celui-ci.

ATELIERS

Cours de percussions
Course de danse Sabar
Atelier berceuses africaines

EXPO PHOTO

Dakar Suburbs, par Basil Mokherjee

RESTAURATION

Stand cuisine sénégalaise par l’association Diabugu Ba Sylla
Dimanche : BRUNCH SÉNÉGALAIS ! (sur réservation)

BOUTIQUES SOLIDAIRES & ASSOCIATIONS

Xaleyi - Les enfants d'avenir
Marché Boucotte / Futur Au Présent
Panafrican Stories

Infos pratiques : https://www.derives-festival.com/

Article précédent
La chanteuse marocaine OUM en tournée
Article suivant
AKAA, unique foire d’art contemporain et de design dédiée à l’Afrique en France
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir