Deluge-de-Barthelemy-Toguo
du 22 juin au 6 novembre 2016

« Déluge » de Barthélémy Toguo

A Montpellier au Carré Sainte-Anne

Partager cet article

Barthélémy Toguo, artiste camerounais, exposera au Carré Sainte-Anne du 22 juin au 6 novembre 2016.

Véritable témoin de son temps, c’est au thème du « Déluge » qu’il consacrera cette exposition inédite.

Des cercueils au sol, des formes fantomatiques suspendues aux voûtes, des peintures aux murs évoquant les guerres, les tremblements de terre, les attentats… L’exposition que Barthélémy TOGUO a conçu pour le Carré Sainte-Anne aborde toutes les facettes du déluge : la destruction tout d’abord, puis la mort et enfin la résurrection.

Le déluge est un thème que l’artiste camerounais, véritable observateur de son époque, traite en toute logique.

Même s’il sait prendre la distance nécessaire, la télévision, la radio, les journaux, nourrissent réellement son travail artistique.

Pour lui, l’artiste a le devoir de retranscrire la mémoire de tous ces évènements pour les générations futures.

Barthelemy-Toguo

Barthélémy Toguo est un artiste polyvalent et engagé.


Né en 1967 au Cameroun, Barthélémy Toguo vit et travaille à Paris et à Bandjoun.

Artiste pluridisciplinaire, il exprime à travers différents medium – peinture, aquarelle, photographie, sculpture, estampe, installations, performances – ce que lui inspire la société contemporaine au travers de thèmes universels.

Il aborde notamment dans ses travaux des thématiques telles que la place de l’homme dans la société contemporaine et plus largement dans l’univers, les flux migratoires, l’échec des leaders africains ou encore le devoir de mémoire consécutif aux crimes contre l’humanité.

Tantôt ouvertement provocatrices, tantôt subtilement subversives, ses oeuvres ne laissent en tout cas pas indifférents.

Barthélémy Toguo fait partie des quatre artistes nommés pour le Prix Marcel Duchamp 2017 dont le lauréat sera révélé le 18 octobre prochain.

Article précédent
Lecture-performance de " Mais je ne suis pas noire ! "
Article suivant
Le festival Nollywood Week revient
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !