Expo photo Robin Hammond : "Le nom de vos plaies sera silence."

Partager cet article

Expo_photo_Robin_Hammond

du 9 novembre au 9 décembre 2012

Expo photo Robin Hammond : "Le nom de vos plaies sera silence."

École Nationale des Beaux-arts, chapelle des Petits-Augustins, 14, rue Bonaparte, Paris 6ème

Le thème proposé aux photographes pour la 3ème édition du Prix Carmignac Gestion du photojournalisme était le Zimbabwe, pays d’Afrique australe aux prises avec le système implacable de son dictateur, Robert Mugabe.

Le lauréat Robin Hammond a choisi d’illustrer la crise humanitaire qui touche ce pays aujourd’hui plongé dans le chaos et la misère.

Il a séjourné au Zimbabwe de décembre 2011 à mai 2012, dans des conditions d’une extrême difficulté et au péril de sa propre vie.

"En 2011, le Prix Carmignac Gestion du photojournalisme exposait les tirages noir et blanc de Massimo Berruti, représentant le quotidien des Lashkars, en parfaite harmonie avec les moulages et les sculptures de l’ancienne église du couvent des Petits-Augustins, la chapelle des Beaux-arts, partie la plus ancienne de l’école.

En novembre 2012, le reportage en couleurs de Robin Hammond sur le Zimbabwe s’expose dans ce même lieu qui doit son origine à Marguerite de Valois (1553-1615), plus connue sous le nom de « Reine Margot ».

A nouvelle exposition, orientation différente.

Les copies de chefs-d’oeuvre de la peinture et de la sculpture de la Renaissance ponctuent la visite, s’inscrivant dans une scénographie où un lieu, des photographies et du son sont unis dans un seul mouvement.

Le rythme des propositions d’accrochage des images de Robin Hammond associe portraits subtils, série de photographies prises de l’intérieur d’une voiture, évocations de la vie au quotidien axées sur l’économie du kukiya-kiya (en shona, langue bantoue du sud parlée par 75 % des habitants du Zimbabwe).

Ce dernier se réfère à de multiples formes de « faire faire », ce qui signifie trouver des astuces pour survivre.

Certains observateurs ont évoqué la « normalisation de l’anormal », en soulignant que pour le gouvernement déclencher l’imprévu était devenu une véritable marque de fabrique : l’expropriation des terres avec l’atteinte à la dignité et la perte d’identité qu’elle implique, est symptomatique de la situation tout comme le désastreux système de santé."

Nathalie GALLON
Directrice du Prix Carmignac Gestion du photojournalisme.

Du 9 novembre au 9 décembre 2012, 11h-19h (sauf dimanche et lundi).

Entrée libre.

​ 

 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !