Les-Negres-Robert-Wilson

Théâtre / Afrique

Les Nègres de Jean Genet, mise en scène de Robert Wilson

Théâtre de l’Odéon - Place de l'Odéon, 75006 Paris Wilson réinvente le classique de Genet et fait la part belle aux acteurs africains.

Partager cet article

Dans une mise en scène graphique et visuellement impeccable, comme à son habitude, Robert Wilson revisite le texte de Jean Genet dans un esprit music-hall.

A la limite du chant et de la danse, son théâtre s’appuie sur des effets scénographiques à base de lumières, de couleurs criardes et de plans à étage.

Multipliant les références à l’histoire des Noirs, le Texan s’amuse avec ce texte à tiroirs et lui rajoute un niveau de lecture supplémentaire. Cette version est conçue comme une histoire globale de la condition des Noirs, de la scène initiale, qui plonge le spectateur dans un décor africain, aux ambiances de plantations négrières du sud des États-Unis en passant par les cabarets de New York.

robert-wilson-les-negres-de-jean-genet

© Lucie Jansch/Service de presse


Une dimension politique présente, mais confuse

Si l’essence du propos de Genet est présente, on peut regretter que cette mise en scène brouille le discours et la compréhension générale du texte.

Théâtre dans le théâtre, Les Nègres, œuvre complexe, donne à voir la représentation du Meurtre de La Blanche par des Noirs. Ce renversement a pour but premier de dénoncer la condition des Noirs et de mettre en lumière leur statut subalterne dans la société des années 1970.

Même si la mise en scène, qui joue avec les clichés (notamment la virtuosité des Noirs pour le chant et la danse) va dans ce sens, elle n’aide pas à suivre la trame originelle. L’ensemble peut parfois paraître baroque jusqu’à la confusion.

"Les Nègres" de Genet, version music hall par Robert Wilson

Zoom

La présence des acteurs africains

Robert Wilson a pris le parti de faire jouer sur scène uniquement des acteurs noirs.

Notons parmi eux la présence de plusieurs acteurs africains, en particulier du Burkinabé Lamine Diarra et du Sénégalais Babacar M’Baye Fall.

Lamine Diarra a joué auparavant la pièce Et si je les tuais tous madame ? de l'auteur et metteur en scène burkinabé Aristide Tarnagda.

Quant à Babacar M’Baye Fall, il a joué dans le film chroniqué par Africavivre Des Etoiles de Diana Gaye.

Romain Dostes

Article précédent
« A l’Opéra de Paris, il n’y a pas de danseur noir, et nous sommes en 2014 ! » Pierre Ndoumbé, chorégraphe
Article suivant
L’Afrique s’expose au niveau 4 du Centre Georges-Pompidou
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !