Tabou de Miguel Gomes

Partager cet article

 

Tabou de Miguel GomesFilms
4_etoiles
Tabou
de Miguel Gomes
Co-production France (Shellac Sud) / Portugal (O Som E A Furia) / Allemagne (Komplizen Film) / Brésil (Gullane)
"Saudade" au temps des colonies.

 

Un film en noir et blanc, en VO portugaise, avec un titre et une affiche à la limite de l'austérité : à l'évidence, Tabou n'est pas le film de Noël que l'on ira voir en famille !

Mais les petits cadeaux peu aguicheurs sont parfois ceux que l'on préfère.

D'une sensibilité rare, Tabou surprend par sa qualité visuelle et son univers un peu loufoque.

Deux parties, deux évocations de l’Afrique

Construit en deux parties bien distinctes, le film du lisboète Miguel Gomes se structure autour de deux évocations bien distinctes de l'Afrique. La première partie se concentre sur la relation entre une vieille dame en proie aux délires et sa domestique cap-verdienne adepte du vaudou.

On est ensuite plongé aux pieds du Mont Tabou, que l’on associerait volontiers au Kilimandjaro, mais qui n’existe pas en réalité. Cette seconde partie relate une histoire d’adultère et de meurtre dans une colonie curieusement lusophone (s’il s’avère que l’on se trouve au Kenya).

Le lien entre elles, c'est le souvenir des années africaines de Susanna, souvenir qui ressurgit dans les derniers instants de sa vie sous forme de flash-back sous l'influence de sa sorcière domestique.

Par l’usage de longs plans silencieux et par son observation attentive des émotions des personnages, Tabou renvoie aux classiques du cinéma muet.

A voir donc, ou plutôt observer, par tout bon cinéphile qui se respecte.

en-vente-a-la-boutique-africavivre

 

 

 

 

zoom

La période coloniale au cinéma

Bien qu'unique par son exceptionnel travail sur l'image, ce film n'est pas sans rappeler d'autres oeuvres qui, dans un autre registre, font revivre le temps des colonies, avec souvent une pointe de nostalgie.

On pense bien sûr au plus classique d’entre eux, Out of Africa, à l’œuvre de Jean Renoir, Le Fleuve, dont Gomes reconnaît s’être librement inspiré, ou encore au film délirant d’Ettore Scola, Nos héros réussiront-ils à retrouver leur ami mystérieusement disparu en Afrique ?

Romain Dostes

​ 

Article précédent
Cocorico ! Monsieur Poulet de Jean Rouch
Article suivant
Aujourd’hui d’Alain Gomis
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir