Partager cet article :
 
GEO_Magnifique_Afrique_Sept2016

septembre 2016 / Magazines / Afrique / Botswana / République centrafricaine

4 étoiles

Géo - Numéro Spécial  « Magnifique Afrique »

Botswana, Pygmées et photographes africains à l’honneur

En cette rentrée 2016, c’est l’Afrique qui est à l’honneur du magazine Géo (septembre 2016). Au programme : une Afrique écartelée entre des patrimoines luxurieux mais fragiles, des urbanisés trépidantes, et des traditions abîmées.

 

Comme le veut la ligne éditoriale du magazine, la photo de reportage est mise à l’honneur, donnant à voir l’impressionnante beauté des paysages naturels et de patrimoines historiques qui tombent dans l’oubli quand ils ne sombrent pas dans la destruction. 

3-kings


Monument en l'honneur des "pères" de l'indépendance du Botswana, dans la capitale Gaborone.


Avec le Botswana à la une, GEO plonge dans cette « Suisse Africaine » et souligne que dans tout enjeux d’environnement il y a, surtout, un enjeux de politique sociale.

 

Car dans nombre pays africains, on manifeste « contre les éléphants ». Non pas que les pachydermes ne soient pas appréciés : pour nombre de populations rurales, ils mettent les vies humaines et les champs en danger.

 

Toutefois, la réponse n’est plus de mettre la fleur au fusil. Aujourd’hui, certains pays africains engagent des politiques de compensations étatiques pour les citoyens. Un début de sécurité sociale qui s’annonce bien pour l’environnement.

 

Feuilles de Koko Pygmées


Les feuilles de koko cueillies par les Pygmées et vendues pour quelques centimes d'euros sont revendues dix fois plus cher sur les marchés de la capitale.


On saluera l’article de la journaliste Alissa Descotes-Toyosaki et du photographe Teddy Seguin sur les Pygmées de Centrafrique qui décrit avec finesse les menaces qui pèsent sur la vie traditionnelle des Pygmées : le legs colonial qui a brutalisé des relations sociales, politiques et économiques déjà asymétriques qui opposaient (et opposent toujours) les « Grands Noirs » (Bantous) aux « petits » Pygmées méprisés car perçus comme sauvages. 

 

Aujourd’hui, les Pygmées sont souvent exploités par des entrepreneurs Bantous, pour qui ils représentent une main d’oeuvre agricole bon marché. En même temps, les Pygmées manquent cruellement d’organisation sociale ou politique pour défendre leurs droits, mais aussi leur environnement, leurs terres : la forêt, de plus en plus réduite au profit de plantations de papayes, manioc, arachides ou ignames… 

 

Ce numéro rappelle surtout que la contemplation de la nature est désormais indissociable d’enjeux économiques et politiques qui se posent à tous et à toutes, et que les journalistes de GEO n’ont certainement pas manqué d’aborder.

La photographie africaine de ce numéro spécial

Photographes-GEO2016

 

JUSQU’AU 25 SEPTEMBRE ! Vous pouvez aller aux rencontres d’Arles 2016 et voir le re-remix d’Hollywood et la (re-)découverte de l’industrie du cinéma au Nigéria, Nollywood à travers les photographes Uche Okpa-Iroha (Nigéria), Karl Ohiri (Nigéria-Grande Bretagne), Omar Victor Diop (Sénégal), et Antoine Tempé (Sénégal-France)…

 

 

DANS CE NUMERO, vous retrouverez la photographe Joana Choumali (voir notre article sur le POPCAP'14) ainsi que le travail de la Suisso-Guinéenne Namsa Leuba (voir notre article sur PHOTOQUAI 2015) sur l’Afrique du Sud.

 

 

Anaïs Angelo

Article précédent
Petit pays ou l'enfance perdue de Gaël Faye
Article suivant
Au-delà du monde : "Histoires Rêv...
 
Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir