Goodbye Bafana de Bille August

Films / Afrique du Sud

Goodbye Bafana de Bille August

Dianne Beatty pour United International Pictures Les années de Mandela en prison racontées par son geôlier.

Partager cet article
Basé sur l’histoire vraie de James Gregory, auteur du livre Le Regard de l'antilope, Goodbye Bafana raconte la relation qui unissait Nelson Mandela et son gardien de prison.

Gregory possédait la particularité d’être blanc et de parler le Xhosa, la langue natale de Mandela : très vite, on lui confie donc le rôle de surveiller toutes les conversations tenues dans cette langue dans la prison de Robben Island.

L’intérêt historique du film Goodbye Bafana de Bille August est double. A travers les doutes et tribulations de cet homme sensible, mais convaincu du bienfait de la ségrégation raciale, on découvre comment la société sud-africaine a peu à peu vacillé, secoué par des révoltes internes et par la contestation internationale.

 

Nelson-Mandela-Goodbye-Bafana


On redécouvre aussi comment Nelson Mandela cristallisait ces révoltes : sa libération devient l’enjeu de toutes les tractations et de toutes les attentions.

Le film parvient avec succès à rendre compte du charisme de Mandela, qui en faisait naturellement un Homme à part. C’est aussi le charisme de « Madiba » qui fait chanceler James Gregory et va insinuer dans son esprit le doute quant à la légitimité du principe de ségrégation raciale.

Dans le livre à l’origine du film, Gregory écrit d’ailleurs la phrase suivante, qui résume l’effet que Mandela produisit sur lui : " Mandela était en short et en sandales. Je l'ai tout de suite reconnu à son allure, à son regard direct. Son corps tout entier me signifiait qu'il était le chef et que jamais je ne pourrais l'intimider".
 

GOODBYE BAFANA - Bande-annonce VF.

Zoom

Les multiples visages de Mandela

Ici, c’est Dennis Haysbert, encore méconnu au moment du tournage, qui incarne avec justesse un Mandela tolérant mais déterminé.

D’autres acteurs ont eu la chance de jouer ce qui est un des plus beaux rôles. On se souvient bien sûr de Morgan Freeman, tellement ressemblant dans Invictus que beaucoup ont posté sur les réseaux sociaux sa propre photo au moment de la mort de Mandela…

Dans Un long chemin vers la liberté, c’est à Idriss Elba, un acteur anglais, à qui revient cet honneur.

D’après vous, lequel des trois a le mieux interprété le regretté Mandela ?

Romain Dostes

Article précédent
Sugar Man de Malik Bendjelloul
Article suivant
Zaïre, le cycle du serpent de Thierry Michel
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !